Comment MyTVChain met la blockchain au service du sport

Par Laurence Bottero

June 21, 2019

Basée à Sophia-Antipolis, la startup a mis au point une plateforme qui permet aux clubs amateurs de mettre en ligne les vidéos de leur performances sportives. En s'appuyant sur l'émission de token, elle offre également une rémunération annuelle additive plutôt bienvenue. L'incubation au sein de Hype Sports Innovation, basée à New York, devrait lui permettre de renforcer son ancrage à l'international, déjà entamé en Asie et aux Etats-Unis.

Pouvoir créer sa propre web TV simplement en téléchargeant les vidéos des rencontres et de toutes performances sportives, c'est le fondement de MyTVChain. Née en octobre 2018, elle se propose d'adresser essentiellement les clubs de sports amateurs à qui elle ouvre ainsi des perspectives de communication et de visibilité renforcées. "Notre plateforme permet à 95 % des clubs de sports français - 5 % étant des clubs professionnels - d'être podcastés", explique Xavier Gesnouin, le président de la société installée à Sophia-Antipolis.

Nouveau modèle économique

Le club crée directement sa chaîne dédiée via la plateforme et télécharge les vidéos qu'il souhaite mettre à disposition des supporters et des autres amateurs de sport. Prochainement, une application spécifique, permettant de filmer avec un smartphone, sera lancée. "Certains clubs sont par ailleurs déjà équipés de moyens pour filmer", précise Xavier Gesnouin.

La vraie spécificité de MyTVChain repose sur la blockchain, technologie dont elle se sert pour créer des MyTVToken. Une monnaie virtuelle mais sécurisée par définition qui a pour but de monétiser le contenu mis en ligne. Ainsi pour chaque "like" attribué à une vidéo, les utilisateurs sont récompensés en tokens, lesquels peuvent être redistribués au club de leur choix ou utilisés pour obtenir des services supplémentaires, comme l'achat de vidéos exclusives ou d'abonnements. "On sait que le budget d'un club amateur est soumis à certains aléas de financement. Ce système de redistribution de token de l'utilisateur vers les clubs est une façon pour ces derniers d'obtenir une rémunération supplémentaire. "

L'internationalisation comme but

L'internationalisation est bien sûr un axe de développement qui est déjà enclenché. En mai dernier, la startup a signé un partenariat avec Momentum, société de production et de syndication, basée à Beverly Hills et qui revendique des projets visibles dans 66 pays et sur chaînes telles CBS, ABC, Time Warner Cable ou encore Sky TV au Royaume-Uni. Il est ainsi prévu d'intégrer MyTVChain dans les partenariats étrangers que Momentum dispose avec Fox Sports Asia ou Sony International. "Ce partenariat nous permet d'obtenir de la visibilité", affirme Xavier Gesnouin. Car la startup avoue des contacts avancés avec certains clubs africains ainsi qu'avec l'Etat de Singapour. L'Afrique est d'ailleurs un point d'ancrage dans le développement que la jeune entreprise veut explorer.

L'entrée dans l'accélérateur Hype Sports Innovation, basée à New York, à partir du mois de juillet s'inscrit parfaitement dans la stratégie. Surtout elle ouvre la perspective d'intéresser la curiosité des investisseurs américains et des fonds de private equity. Ce qui permettrait à la jeune entreprise d'aller encore plus vite dans son développement. Pour l'heure myTVChain revendique 30 000 visiteurs, 50 % français, 50 % basée en Asie et aux Etats-Unis.

Financer la croissance

Comme toute jeune entreprise innovante, il faut bien financer la croissance. Ce sera via un IEO, levée de fonds encadrée par un exchange, plateforme de crypto-monnaie ou sorte de Bourse, où il est possible d'acquérir des MyTVToken qui seront ensuite "transformés" en monnaie sonnante et trébuchante. L'objectif est de lever 9 M€.

"Cela nous permettrait d'avancer rapidement", note Xavier Gesnouin. La startup, qui compte une équipe de 18 personnes, envisage un chiffre d'affaires 2019 de 2,6 M€ et table sur des prévisions qui l'établissent à 4,8 M€ en 2021, 6,8 M€ en 2022 et 12 M€ à horizon 5 ans.

Source de l'article : La Tribune Provence-Alpes-Côte d'Azur